Comment fonctionne le budget participatif de Montréal?

    Le budget participatif est un processus qui permet à la population de décider de l’affectation d’une partie du budget municipal. La Ville de Montréal a réservé 10 M$ à son budget d’investissement afin de permettre à la population et aux organismes de la société civile de s’impliquer de l’idéation à la sélection de projets qui doivent contribuer à la transition écologique et sociale. 

    La démarche se déroule en plusieurs étapes : 

    1. Collecte d’idées | 17 novembre 2020 au 8 janvier 2021 : la population propose des idées de projets. 

    2. Analyse et développement des idées en projets | Hiver 2021 : la Ville analyse les idées reçues et les développe en projets réalisables, en collaboration avec des représentants de la société civile et des citoyens. Elle évalue ensuite la faisabilité technique, réglementaire et financière des projets afin d’en dresser une liste finale à soumettre au vote. 

    3. Vote pour les projets | Juin 2021 : la population est invitée à voter pour les projets que la Ville réalisera. 

    4. Réalisation des projets | À partir de l’été 2021 : la Ville finance les projets ayant reçu le plus de votes jusqu'à épuisement de l’enveloppe de 10 M$ et amorce leur réalisation.

    Qui pouvait soumettre une idée de projets au budget participatif?

    Toute personne intéressée par l’avenir de Montréal, sans condition d'âge ni de nationalité. 

    Le dépôt d’idée pouvait se faire à titre individuel ou collectif (au nom d’une association, d’une famille, entre amis, entre voisins, etc.).

    Quels sont les critères d’admissibilité?

    Pour être jugées recevables, les idées de projets devaient répondre aux critères suivants :

    • Contribuer à accélérer la transition écologique et sociale de Montréal;
    • Viser l'intérêt collectif (ne pas avantager une personne, un petit groupe de personnes ou des intérêts privés);
    • Être réalisable par la Ville, sur le domaine public ou une propriété de la Ville;
    • Représenter une dépense en investissement, c’est-à-dire une dépense en équipement ou en aménagement, dont la réalisation est durable à long terme;
    • Pouvoir donner lieu à un projet d’envergure (valeur visée à terme entre 500 000 $ et 3 M$). 

    Si les idées sont jugées recevables, elles passent aux phases subséquentes de développement et d'analyse de faisabilité des projets. La Ville de Montréal appliquera alors les autres critères suivants :

    • S’inscrire en cohérence avec les plans, programmes et politiques de la Ville de Montréal;
    • Ne pas générer de nouveaux frais de fonctionnement supérieurs à 5 % par an du montant investi; 
    • Pouvoir démarrer leur réalisation concrète dans les 2 ans suivant le vote citoyen. 

    Qu’est-ce que la transition écologique et sociale?

    Une transition vers un modèle économique et social plus respectueux de l’humain et de l’environnement qui met en place de nouvelles façons d’aménager la ville, de consommer, de produire et de vivre ensemble. 

    La Ville de Montréal a choisi ce thème, car elle souhaite faire appel aux Montréalaises et aux Montréalais, ainsi qu’aux organisations de la société civile, pour trouver des moyens innovants afin de faire face aux défis économiques, sociaux, sanitaires et écologiques de notre époque, exacerbés d’autant plus par la pandémie de la COVID-19.

    Quels types de projets sont admissibles pour contribuer à la transition écologique et sociale?

    En plus des critères d'admissibilité principaux et techniques, les projets réalisés dans le cadre du budget participatif doivent contribuer à la transition écologique et sociale. Les projets doivent donc s’inscrire dans l’un ou plusieurs des défis suivants : 


    Lutter et s’adapter aux changements climatiques : les projets doivent contribuer à réduire à la source les émissions de gaz à effet de serre (GES) ou augmenter notre résilience face aux changements climatiques.

    Exemples : solutions de mobilité durable, d'efficacité énergétique et de recours à des énergies renouvelables pour les équipements et bâtiments municipaux, infrastructures durables de gestion des eaux pluviales, solutions de lutte aux îlots de chaleur.


    Protéger la nature en ville : les projets doivent contribuer à assurer la pérennité des milieux naturels et la diversité des espèces.

    Exemples : verdissement de la ville, restauration de ruisseaux urbains, construction d’abris pour les animaux, les insectes ou les oiseaux, implantation d’outils de captation et de suivi des indicateurs de qualité environnementale.


    Produire et consommer autrement : les projets doivent contribuer à utiliser de manière plus efficace et efficiente les ressources naturelles disponibles et développer une économie plus équitable.

    Exemples : solutions contribuant à l’autonomie alimentaire (serres, espaces de marchés, frigos communautaires, etc.), lieux d’échange ou de partage de biens, solutions en soutien au commerce local, au zéro déchet et à la réduction et la valorisation des matières résiduelles.


    Favoriser la solidarité, l’équité et l’inclusion : les projets doivent contribuer à lutter contre les inégalités sociales et les discriminations, à la création de milieux sains et sécuritaires pour tous ou encore assurer un accès équitable aux ressources et aux services.

    Exemples : places publiques inclusives et participatives, équipements municipaux accessibles universellement, acquisition de livres ou d’œuvres d’art, solutions en sécurité alimentaire, lutte à l’itinérance et au racisme.

    Quels types de projets ne sont pas admissibles?

    Les projets ne doivent pas nécessiter la mise en place d’un budget de fonctionnement spécifique (loyers, salaires, activités, etc.) ou encore se tenir dans l’un des lieux suivants : propriétés privées, territoires des villes liées, hôpitaux, écoles, autoroutes, grands ponts et chemins de fer. 

    Voici des exemples de projets non admissibles : 

    • Organisation d’un événement ou d’une activité de sensibilisation dans un parc.
    • Prêt de locaux de la Ville à un organisme lié à la transition écologique et sociale. 
    • Traverse piétonne sur un chemin de fer.

    Quelles sont les étapes qui ont permis d’identifier les projets soumis au vote?

    Les 35 projets soumis au vote sont le résultat de plusieurs étapes réalisées depuis la collecte d’idées menée entre le 17 novembre et le 8 janvier dernier :

    1. Tri préliminaire et classement : la Ville a procédé à l’analyse préliminaire de recevabilité des 620 idées citoyennes reçues sur la base des principaux critères d’admissibilité (critères 1 à 5 de l’article 4 de la Charte). 
    2. Développement des idées en projets : la Ville, accompagnée de 20 représentantes et représentants de la société civile, a ensuite effectué un travail de développement des idées recevables. Ce travail de priorisation, regroupement, bonification et mise à l’échelle des idées a permis de les transformer en projets. 
    3. Analyse de faisabilité : la Ville a évalué la faisabilité technique, réglementaire et financière des projets et sa capacité à les mettre en œuvre. Puis, les conseils d’arrondissement ont approuvé la liste de projets concernant leur territoire à soumettre au vote. 
    4. Finalisation de la liste de projets : à la suite de ces étapes, la Ville a été en mesure d’établir la liste finale des projets soumis au vote,  incluant pour chacun : un titre, un bref descriptif, les bénéfices attendus, les lieux d’implantation visés et le budget total.

    Plus d'informations sur le cheminement des idées.

    Comment les lieux d’implantation des projets ont-ils été déterminés?

    Le choix des lieux d'implantation des projets soumis au vote s’explique selon deux cas de figure :

    • Certaines propositions citoyennes recueillies lors de la collecte d’idées identifiaient un lieu ou un arrondissement spécifique pour l’implantation de leur projet.
    • Dans le cas des idées citoyennes qui ne visaient pas de lieux précis, l’étape de l’analyse de faisabilité menée par les équipes de la Ville a permis d'identifier des lieux d’implantation possibles en fonction de la capacité des différents arrondissements à accueillir et à mettre en œuvre les projets. Les conseils d’arrondissement ont ensuite approuvé la liste finale des projets soumis au vote concernant leur territoire.

    Qui peut voter pour les projets finalistes?

    Toutes les personnes de 12 ans et plus qui vivent à Montréal, sans condition de nationalité, ainsi que les commerçantes et commerçants du territoire.

    Comment se déroule le vote?

    Du 11 juin au 11 juillet 2021, chaque personne pourra choisir un maximum de cinq projets qu’elle jugera les plus bénéfiques pour la communauté parmi tous les projets proposés.

    Le vote en ligne se fait en ligne sur Réalisons Montréal.

    Chaque participant devra s’engager à voter qu’une seule fois.

    Comment les projets lauréats ont-ils été déterminés?

    Les projets qui ont obtenu le plus de voix ont été désignés comme lauréats jusqu’à épuisement de l’enveloppe réservée de 10 M$. Plus précisément, le projet qui a obtenu le plus de voix l’a emporté, puis s’il restait des sommes disponibles, le prochain projet le plus populaire équivalent aux sommes restantes a été sélectionné, et ainsi de suite.

    Quand seront dévoilés les projets lauréats?

    Les résultats du vote seront annoncés à la fin de l’été 2021.

    Quand seront réalisés les projets?

    La Ville s’engage à débuter la planification ou la réalisation des projets lauréats dans les deux ans suivant leur annonce, à les mettre en œuvre jusqu’à épuisement de l’enveloppe de 10 M$ et à informer le public de leur état d’avancement. Cependant, la situation liée à la pandémie de la COVID-19 pourrait entraîner des retards éventuels.

    Comment sont gérées les données personnelles des participants?

    Les données personnelles recueillies en cours de processus du budget participatif de Montréal serviront uniquement lors de la démarche et seront gérées conformément à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (L.R.Q. c. A-2.1).