À pied

par bubu, il y a 21 jours

Transport public

Je vais au métro à pied. Entre le déplacement dans le sens inverse pour me rendre à un arrêt de bus, arriver d'avance, et faire 5-7 minutes de bus, ou marcher 12-15 minutes, je trouve plus plaisant de marcher et me réchauffer en hiver, ou profiter de la température le reste de l'année. Parfois je prends le bus, si le métro force deux marches (avant et après) dans une direction opposée et qu'un autobus permet ce déplacement plus directement. Par contre, l'autobus est rarement fiable, et il m'arrive d'attendre 30-45 minutes parce que l'autobus prévu n'a simplement pas passé, a été annulé, ou est passé plus de 6 minutes d'avance à l'arrêt.


Achats

Pour les commissions, je fais des déplacements locaux le plus possible. Par beaux temps, je vais dans des magasins et épiceries plus distants et je profite de produits qui ne me sont pas accessibles d'habitude. Je fais souvent tout à pied. Je limite beaucoup les liquides que j'achète à cause du poids, je peux utiliser un sac à dos et/ou des sacs réutilisables que je porte sous mes épaules afin d'utiliser la force de mon dos plutôt que mes bras qui se fatiguent, et mes doigts qui gèlent en hiver avec le poids des sacs. Par mauvais temps, je fais des commandes en ligne, mais je n'aime pas vraiment que la plupart des rabais intéressants sont souvent épuisés et qu'on essaie de me vendre un autre produit en compensation, alors j'évite souvent. Sinon, je peux aussi me ramasser avec des ingrédients manquants pour mes recettes, ce qui n'est pas idéal. Par contre, je prévois des réserves de nourriture qui me permettent d'éviter des déplacements difficiles (verglas, grand froid, pluie glissante, vents violents) sans manquer de repas, au besoin. Parfois, je fais livrer mon épicerie, ou je fais appel à Uber lorsque j'ai acheté plus que prévu. La même chose peut m'arriver si j'achète un item volumineux qui est difficile à transporter à pied jusqu'à la maison, et que la livraison n'est pas possible.


Déplacements stratégiques (transport d'items, aéroport)

En rentrant de l'aéroport, j'appelle un Uber ou je demande de l'aide d'une personne que je connais qui a une voiture. Je suis limitée dans mes possibilités, par exemple, je ne visite pas IKEA à part si c'est pour commander un meuble et je ne peux pas profiter de certaines ventes dûes à ces limites. Acheter des choses usagées demande également de la coordination avec Uber, un ami avec voiture, ou simplement d'aller pour un item plus cher mais livrable.


Sorties

Pour sortir, je trouve que le transport en commun est beaucoup plus facile en général. J'aime spécialement aller dans des promenades et rues commerciales de localités avoisinantes, mais je vais aussi régulièrement au centre-ville la fin de semaine, et je trouve ça facile et généralement agréable. Les stations de métro me semblent assez bien situées pour ce que j'aime visiter et les déplacements à faire.


Travail et traffic

Pour le travail, je suis chanceuse de travailler près, car j'ai de l'anxiété et mal des foules quand il est question d'être dans le métro pendant le traffic ou quand des interruptions de services causent des foules. J'évite ces situations, car je vois que cela a empiré dans les dernières dizaines années, que le service a stagné, même si le coût a largement augmenté. Je crois qu'il faudrait effectuer des changements et utiliser l'argent aditionnel qui est récolté afin de créer des trains express sur la ligne de métro, et autres solutions intéressantes afin de marier les différents services de transport privés afin qu'ils soient plus utiles, logiques et stratégiques. Je pense entre autre au futur train qui se rendra jusqu'à l'aéroport, et aura des stations en commun avec l'AMT, mais évitera également de se connecter le plus possible avec les stations de métro et de l'AMT présentes, ce qui serait super utile, mais peut-être moins intéressant dans l'immédiat si on ne pense juste aux profits.


Rester local

Il est certain que je préfère chercher un travail et un appartement près l'un de l'autre afin de dépendre le moins possible du transport commun en cas d'intempéries et blessures, de délais et perte de temps qui se soustraient de ma paye, et de surprises telles que des soupers au restaurant car je suis prise au centre-ville et je ne peux pas rentrer chez moi à cause du métro qui est en panne. (par exemple) Pour cette raison, je trouve la marche et le développement local (en plus d'éviter l'achalandage du centre-ville) beaucoup plus attirant, et c'est ce sur quoi je me concentre.


Difficulté piétonne

Je comprends la frustration liée au temps perdu, car le transport peut être lent, spécialement avec les lumières d'intersection qui ne privilégient pas les piétons la majorité du temps, et le métro qui pourrait être beaucoup plus rapide et efficace. Par contre, je trouve ce désagrément beaucoup moins incomfortable lorsque je ne suis pas dans une situation de traffic et de foule, car je me sens plus à l'aise et j'accepte alors de m'asseoir, d'attendre, de lire quelque chose sur mon cellulaire ou dans le journal, etc. La sécurité aux intersections est une des choses qui me déplaît le plus de devoir partager la route avec les voitures, et devoir courrir pour traverser la rue par moments, et par intempéries. Certaines voitures circulent de façon dangereuse, et je crois de tout coeur qu'il faudrait avoir plus de sanctions pour les automobilistes dageureux.