Vivre sans voiture

par Ndion, il y a 6 mois

J’ai décidé de ne plus avoir de voiture à l’automne 2017. Au début, j’avais l’impression que je ne pourrais plus sortir de la ville comme j’avais l’habitude de le faire. De plus, il m’arrivait de prendre la voiture, par paresse ou par habitude pour réaliser de courts déplacements et j’envisageais mal comment je ferais dorénavant. Les premiers mois m’ont fait remettre mon choix en question. L’arrivée de l’hiver sur Le Plateau m’a toutefois convaincue, j’étais libérée du stress de devoir déneiger et déplacer la voiture. Depuis, je me suis inscrite à des modes de partage d’automobiles et je loue également une voiture lorsque je sors de Montréal. J’effectue beaucoup de déplacements en transport en commun et en vélo durant l’été. J’ai acquis un scooter que j’utilise bien peu. Au bout d’une année, j’ai fait le bilan de mes dépenses liées à l’usage des transports en commun, les locations et les taxis occasionnels et j’avais réalisé de réelles économies. 

Le seul bémol: les voitures qu’on peut louer ne sont pas électrifiées. J’aimerais me déplacer plus souvent en voiture électrique.  Je pourrais envisager posséder une voiture électrique en partage avec mon co-propriétaire de maison. C’est une situation que nous analysons pour le futur.