Réaménagement du parc de l’Espoir


Dans le cadre de son Programme de réaménagement des parcs et faisant suite aux nombreux réaménagements de parcs réalisés ces dernières années dans le secteur, l’arrondissement de Ville-Marie envisage le réaménagement du parc de l’Espoir en 2020 tout en s’assurant de conserver la vocation de mémoire des victimes du sida. Le parc est situé à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Panet.

RÉACTION PLUS QU’ENTHOUSIASTE AU CONCEPT D'AMÉNAGEMENT DU PARC DE L’ESPOIR

Près de 250 personnes ont participé au sondage réalisé par l’Arrondissement du 3 au 28 février dernier afin de connaître leur avis relativement à l’aménagement futur du parc de l’Espoir. En moyenne, celles-ci sont à 73 % « tout à fait satisfaites » du concept et des éléments proposés et à 90 % « tout à fait satisfaites et plutôt satisfaites ». De façon individuelle, aucune proposition n’a eu un résultat de moins de 70 % de gens « tout à fait satisfaits ou plutôt satisfaits ».

Rappelons que les communautés riveraines et LGBTQ+ ont été invitées à partager leur opinion à la suite d’affichage dans le parc, sur rue et dans 150 établissements du Village et du centre-ville, à des publications dans le magazine Fugues, via le site web ainsi qu’une infolettre personnalisée aux abonnés de ce magazine, via le site web ainsi qu’une infolettre de l’Arrondissement, ainsi que par courriel auprès des organismes communautaires concernés.

Ce sondage, dont les résultats peuvent être consultés en ligne, faisait suite à une série de rencontres menées auprès des riverains, des organismes communautaires et des divers intervenants en lien avec le parc de l’Espoir.



Dans le cadre de son Programme de réaménagement des parcs et faisant suite aux nombreux réaménagements de parcs réalisés ces dernières années dans le secteur, l’arrondissement de Ville-Marie envisage le réaménagement du parc de l’Espoir en 2020 tout en s’assurant de conserver la vocation de mémoire des victimes du sida. Le parc est situé à l’angle des rues Sainte-Catherine Est et Panet.

RÉACTION PLUS QU’ENTHOUSIASTE AU CONCEPT D'AMÉNAGEMENT DU PARC DE L’ESPOIR

Près de 250 personnes ont participé au sondage réalisé par l’Arrondissement du 3 au 28 février dernier afin de connaître leur avis relativement à l’aménagement futur du parc de l’Espoir. En moyenne, celles-ci sont à 73 % « tout à fait satisfaites » du concept et des éléments proposés et à 90 % « tout à fait satisfaites et plutôt satisfaites ». De façon individuelle, aucune proposition n’a eu un résultat de moins de 70 % de gens « tout à fait satisfaits ou plutôt satisfaits ».

Rappelons que les communautés riveraines et LGBTQ+ ont été invitées à partager leur opinion à la suite d’affichage dans le parc, sur rue et dans 150 établissements du Village et du centre-ville, à des publications dans le magazine Fugues, via le site web ainsi qu’une infolettre personnalisée aux abonnés de ce magazine, via le site web ainsi qu’une infolettre de l’Arrondissement, ainsi que par courriel auprès des organismes communautaires concernés.

Ce sondage, dont les résultats peuvent être consultés en ligne, faisait suite à une série de rencontres menées auprès des riverains, des organismes communautaires et des divers intervenants en lien avec le parc de l’Espoir.


  • Historique du lieu

    il y a 2 mois

    Le parc est né en 1991 de la volonté des survivants du sida. Sa création voulait témoigner de la vie des femmes et des hommes décédés de cette épidémie. Il visait à célébrer la mémoire, mais également à célébrer la vie de ceux et celles qui poursuivaient la lutte contre le VIH.

    Il a été fondé le 1er décembre 1991 par ACT UP! Montréal. Ce groupe a mené, de 1993 à 1996, des consultations auprès de la communauté afin d’établir des balises de conception du futur parc. Pendant de nombreuses années, la société La mémoire vivante du parc de l’Espoir, entité créée en 2007, a vu à la défense de celui-ci.

    Les architectes-paysagistes Marc Pageau, Christian Deshaies et Mike Hogins ont été choisis pour proposer le design actuel.

    Le parc, dans sa forme actuelle, a finalement été inauguré en 1997.

    Dès le début, le parc a été conçu pour atteindre les objectifs suivants :
    1. architecture sobre favorisant le recueillement et en même temps permettant les rassemblements à quelques moments significatifs dans l'année, les réunions, les discussions et les rencontres;
    2. une architecture permettant les témoignages et l'installation de rubans rouges;
    3. une section avec verdure et bancs traditionnels pour fuir la foule et s'isoler.

    Le parc actuel est subdivisé en 2 sections :
    1. la partie avant qui souligne la mémoire de ces milliers de personnes qui sont décédées du SIDA;
    2. la partie arrière qui témoigne de la vie soulignant que celle-ci doit être préservée et qu'il faut donc prévenir la transmission du VIH.

    Le parc est né en 1991 de la volonté des survivants du sida. Sa création voulait témoigner de la vie des femmes et des hommes décédés de cette épidémie. Il visait à célébrer la mémoire, mais également à célébrer la vie de ceux et celles qui poursuivaient la lutte contre le VIH.

    Il a été fondé le 1er décembre 1991 par ACT UP! Montréal. Ce groupe a mené, de 1993 à 1996, des consultations auprès de la communauté afin d’établir des balises de conception du futur parc. Pendant de nombreuses années, la société La mémoire vivante du parc de l’Espoir, entité créée en 2007, a vu à la défense de celui-ci.

    Les architectes-paysagistes Marc Pageau, Christian Deshaies et Mike Hogins ont été choisis pour proposer le design actuel.

    Le parc, dans sa forme actuelle, a finalement été inauguré en 1997.

    Dès le début, le parc a été conçu pour atteindre les objectifs suivants :
    1. architecture sobre favorisant le recueillement et en même temps permettant les rassemblements à quelques moments significatifs dans l'année, les réunions, les discussions et les rencontres;
    2. une architecture permettant les témoignages et l'installation de rubans rouges;
    3. une section avec verdure et bancs traditionnels pour fuir la foule et s'isoler.

    Le parc actuel est subdivisé en 2 sections :
    1. la partie avant qui souligne la mémoire de ces milliers de personnes qui sont décédées du SIDA;
    2. la partie arrière qui témoigne de la vie soulignant que celle-ci doit être préservée et qu'il faut donc prévenir la transmission du VIH.
  • Le concept d’aménagement

    il y a 2 mois

    La proposition de réaménagement respecte en tout point les objectifs établis lors de la conception même du parc, à savoir :

    1. une architecture sobre favorisant le recueillement et permettant en même temps les rassemblements à quelques moments significatifs dans l'année, les réunions, les discussions et les rencontres;
    2. une architecture permettant les témoignages et l'installation de rubans rouges;
    3. une section avec verdure et bancs traditionnels pour fuir la foule et s'isoler.

    Voici le plan de réaménagement suggéré pour le parc. Découvrez la perspective sud ainsi que la perspective nord.

    Cette proposition permettra de :

    • Conserver une zone de rassemblement dans la portion du site située à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Panet.
    • Conserver les assises de granit afin de permettre aux utilisateurs de s’y asseoir et de regarder déambuler les gens sur la rue Sainte-Catherine Est.
    • Augmenter le couvert végétal et la canopée dans une optique de diminution des îlots de chaleur : créer de nouvelles zones de plantations dans des saillies et augmenter la superficie verte à 238 m2 par rapport au 55 m2 actuel (332 % d’augmentation)
    • Renforcer l’aspect commémoratif par l’implantation de brumisateurs à la base des mats venant créer une ambiance vaporeuse immersive, par le retrait de la base de béton des mâts afin de faciliter la circulation et l’accrochage de rubans commémoratifs et par l’implantation d’une nouvelle plaque commémorative à la mémoire des personnes mortes du SIDA au Québec.
    • Ouvrir le parc au-delà de ses limites actuelles par l’ajout de saillies partiellement plantées et par l’élargissement des trottoirs adjacents.
    • Mettre le parc sur un seul niveau suivant la pente douce et naturelle de la rue Panet. Le parc ne requerra ainsi ni escalier ni rampe d’accès universel.
    • Matérialiser le ruban rouge, symbole universel de la lutte contre le sida à travers le site sous la forme d’une résine rouge translucide. Dans la portion arrière du site, un banc en ellipse émergera du ruban rouge et ceinturera un arbre fruitier symbolisant la vie. Perceptible de jour et rétroéclairé de soir, ce ruban s’étendra au-delà du parc, traversant la rue Panet, de manière à attirer les utilisateurs dans ce haut lieu de commémoration du Village gai de Montréal.

    Les travaux devraient débuter cet été pour être complétés à l’automne.

    La proposition de réaménagement respecte en tout point les objectifs établis lors de la conception même du parc, à savoir :

    1. une architecture sobre favorisant le recueillement et permettant en même temps les rassemblements à quelques moments significatifs dans l'année, les réunions, les discussions et les rencontres;
    2. une architecture permettant les témoignages et l'installation de rubans rouges;
    3. une section avec verdure et bancs traditionnels pour fuir la foule et s'isoler.

    Voici le plan de réaménagement suggéré pour le parc. Découvrez la perspective sud ainsi que la perspective nord.

    Cette proposition permettra de :

    • Conserver une zone de rassemblement dans la portion du site située à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Panet.
    • Conserver les assises de granit afin de permettre aux utilisateurs de s’y asseoir et de regarder déambuler les gens sur la rue Sainte-Catherine Est.
    • Augmenter le couvert végétal et la canopée dans une optique de diminution des îlots de chaleur : créer de nouvelles zones de plantations dans des saillies et augmenter la superficie verte à 238 m2 par rapport au 55 m2 actuel (332 % d’augmentation)
    • Renforcer l’aspect commémoratif par l’implantation de brumisateurs à la base des mats venant créer une ambiance vaporeuse immersive, par le retrait de la base de béton des mâts afin de faciliter la circulation et l’accrochage de rubans commémoratifs et par l’implantation d’une nouvelle plaque commémorative à la mémoire des personnes mortes du SIDA au Québec.
    • Ouvrir le parc au-delà de ses limites actuelles par l’ajout de saillies partiellement plantées et par l’élargissement des trottoirs adjacents.
    • Mettre le parc sur un seul niveau suivant la pente douce et naturelle de la rue Panet. Le parc ne requerra ainsi ni escalier ni rampe d’accès universel.
    • Matérialiser le ruban rouge, symbole universel de la lutte contre le sida à travers le site sous la forme d’une résine rouge translucide. Dans la portion arrière du site, un banc en ellipse émergera du ruban rouge et ceinturera un arbre fruitier symbolisant la vie. Perceptible de jour et rétroéclairé de soir, ce ruban s’étendra au-delà du parc, traversant la rue Panet, de manière à attirer les utilisateurs dans ce haut lieu de commémoration du Village gai de Montréal.

    Les travaux devraient débuter cet été pour être complétés à l’automne.
  • Répondez au sondage sur le concept de réaménagement!

    il y a environ 1 mois
    CLOSED: This discussion has concluded.

    Du 3 au 28 février 2020

    Dans le cadre de sa démarche consultative, l’arrondissement de Ville-Marie souhaite connaître votre opinion sur les esquisses préliminaires de réaménagement du parc de l’Espoir. Celles-ci font suite aux rencontres avec les résidents et partenaires du milieu qui ont permis de définir les balises souhaitées.

    Suite à la réception de vos commentaires, un concept final vous sera présenté.

    Afin d'en apprendre davantage sur la proposition, regardez la section « Balises d'aménagement ».

    Répondez au questionnaire dans l'onglet Sondage.

    Du 3 au 28 février 2020

    Dans le cadre de sa démarche consultative, l’arrondissement de Ville-Marie souhaite connaître votre opinion sur les esquisses préliminaires de réaménagement du parc de l’Espoir. Celles-ci font suite aux rencontres avec les résidents et partenaires du milieu qui ont permis de définir les balises souhaitées.

    Suite à la réception de vos commentaires, un concept final vous sera présenté.

    Afin d'en apprendre davantage sur la proposition, regardez la section « Balises d'aménagement ».

    Répondez au questionnaire dans l'onglet Sondage.